Reflux

Reflux

Les symptômes de la maladie de reflux -plus précisément du reflux gastro-oesophagien ou RGO- ne sont pas toujours faciles à diagnostiquer On attribue généralement les causes de la maladie à de mauvaises habitudes alimentaires.

Quand peut-on considérer le reflux comme étant pathologique ?

La question en soi se justifie car le reflux peut aussi se produire chez une personne en bonne santé.

Il a reflux lorsqu’une partie des aliments déjà prédigérés et mélangés aux sucs gastriques « remontent » de l’estomac et du duodénum (première partie de l’intestin grêle), dans l’œsophage. Chez les personnes en bonne santé, l’augmentation de la pression intra-abdominale peut causer des symptômes de reflux, comme par exemple, quand nous allons dormir tout de suite après un copieux dîner ou que nous portons un vêtement qui nous serre mais également quand nous nous penchons en avant ou quand nous faisons des exercices abdominaux. Les symptômes de reflux passent souvent inaperçus. Nous parlons de maladie de reflux lorsque le phénomène devient symptomatique ou chronique.

Quels sont les symptômes du reflux ?

Le reflux peut varier en fonction de la gravité des symptômes. Cependant, le phénomène du reflux “silencieux” existe aussi. Dans ce cas, il peut être assez difficile de diagnostiquer un reflux au vu de ces symptômes

Les brûlures gastriques font partie des symptômes les plus courants ; C’est l’irritation de l’œsophage que l’on peut percevoir quand on ressent une douleur au milieu de la poitrine. Le reflux s’accompagne de remontées amères ou acides dans la bouche et d’une haleine chargée. Il peut aussi être accompagné d’autres symptômes comme une toux chronique ou encore une inflammation récurrente du nasopharynx.

Dans les cas sérieux, le reflux peut produire les symptômes de l’asthme, une déglutition difficile et douloureuse et rapidement induire une érosion caractéristique des dents.

Qu’est-ce qui déclenche le reflux ?

S’ils apparaissent régulièrement, tous les phénomènes provenant d’une pression intra-abdominale accrue finiront par générer un reflux chronique.

Si à chaque repas nous mangeons plus que ce qui nous est nécessaire, nous prenons le risque de développer du surpoids ou de l’obésité. Néanmoins, un simple excès de poids est susceptible de provoquer des symptômes de reflux. Si nous ne prêtons pas attention à la qualité de notre alimentation, la composition de notre flore intestinale va se déséquilibrer et perturber ainsi notre potentiel digestif. Des bactéries pathogènes peuvent alors proliférer dans le tube intestinal et participer au développement du reflux. En outre, la consommation d’alcool et le tabagisme n’arrangent pas la situation. Le contenu gastrique acide de l’estomac refluant dans l’œsophage provoque une sensation de brûlure très désagréable, et génère souvent une inflammation de l’œsophage.

Les effets secondaires des médicaments peuvent également causer l’apparition d’un reflux. Certains sédatifs et médicaments contenant des stéroïdes peuvent effectivement détendre le sphincter inférieur de l’oesophage. La tâche du sphincter consiste à empêcher le contenu de l’estomac de pénétrer dans l’œsophage. Certains aliments, comme la graisse, le chocolat et le menthol réduisent également le tonus du sphincter.

Le reflux se produit souvent au cours de la deuxième étape de la grossesse. Fait parfaitement logique, car l’utérus distendu exerce une pression sur l’estomac. Dans ce cas -si d’autres facteurs provoquant le reflux ne sont pas présents-, les symptômes disparaissent après l’accouchement.

Comment traiter ou comment prévenir le reflux ?

Les substances les plus couramment utilisés pour le soulager sont les antiacides. Ces préparations sont efficaces pour soulager les symptômes qui se produisent de temps en temps. Dans les cas simples, ils peuvent même les supprimer. Toutefois, ils ne traitent pas les causes profondes du reflux.

Les antiacides qui peuvent être achetés sans ordonnance, représentent un traitement efficace, mais ne traitent pas la cause fondamentale et ne sont donc pas une solution à long terme. Il convient de consulter un médecin pour traiter un reflux, celui-ci prescrira certainement un médicament plus adapté sur ordonnance. Quand des complications comme une inflammation sérieuse ou une sténose de l’œsophage, un cancer, une maladie respiratoire chronique ou une pathologie cardiaque se présentent, il faut souvent en passer par des examens désagréables pour diagnostiquer la maladie qui est identifiée comme une conséquence du reflux.

En effet, c’est seulement après des examens approfondis que les médecins posent un diagnostic établi de reflux, cause réelle de la plainte, alors qu’ils soupçonnaient parfois un ulcère gastrique ou même une crise cardiaque.

Nous devons absolument anticiper et prévenir le reflux. Dès les premiers symptômes, il convient de changer d’hygiène de vie, ce qui apportera une amélioration certaine des symptômes. Ce changement consistera à choisir une alimentation saine et équilibrée pour rééquilibrer la flore intestinale. S’abstenir de fumer et de boire de l’alcool, manger en moindre quantité mais plus souvent et s’abstenir de manger au moins 3 à 4 heures avant de se coucher font partie des améliorations que l’on peut faire au quotidien pour le prévenir ;

Ces modifications de notre mode de vie devraient aussi s’accompagner d’une élimination des toxines accumulées dans l’organisme.

Le cas des nourrissons

Malheureusement, le reflux peut aussi se produire chez les bébés même si il est plus rare. Le sphincter oesophagien des nouveau-nés n’étant pas suffisamment mature, l’enfant recrache du lait : c’est un phénomène de « trop-plein » ou une régurgitation.

Le reflux est un phénomène tout à fait naturel jusqu’à l’âge de quelques mois (au plus tard jusqu’à l’âge d’un an). Après chaque repas, il est important de faire faire un rot à un bébé. Il faut y être tout particulièrement attentif surtout chez les bébés qui se nourrissent trop avidement, parce qu’ils avalent trop d’air. Si les régurgitations persistent, il faut essayer de modifier l’alimentation du petit. Les conseils d’un pédiatre, d’une assistante sociale, ou les conseils de livres sur les soins des bébés peuvent vous être utiles. Tant que le bébé semble avoir l’air épanoui et qu’il grandit correctement, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Toutefois, si un arrêt de croissance ou une perte de poids est constaté chez l’enfant, il est nécessaire de consulter un médecin dès que possible